Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > Guignolades

Guignolades

Frédéri MARCELIN (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 49

Les statistiques du livre


163 Lectures
4 Lectures / 31 jours


5 /5 sur 2 votants

237 visites

Evaluer le livre


Thème : Littérature

Version publiée le 1er décembre 2020

 La quatrième de couverture

Cinq courtes pièces de théâtre. La putain, l’évêque et le diable. Le général innocent. Une victime. Les jouets. L’héritage.

 La première page

La putain l’évêque et le diable.

Cela se passe dans le sous-sol d’un immeuble en ruine.
Trois personnages sont réunis, un évêque noir, la petite quarantaine, qui cache sa croix dans une poche, une jeune prostituée, et le diable sous les traits d’une élégante jeune femme.

L’évêque : Êtes-vous depuis longtemps dans ce réduit sordide et mal éclairé ?

La pute : Depuis toujours mon chou, c’est là que je bosse. Je crois que j’ai un peu perdu la notion du temps, quel jour sommes-nous ?

L’évêque : Cela n’est d’aucune importance.

La pute : Et pourquoi donc, s’il vous plaît ? J’aime savoir le jour, la datte, l’heure, s’il fait beau, s’il pleut, si les oiseaux chantent, si les chiens pissent toujours sur les réverbères, ou si les michetons se les caillent.
Tiens, si les bourgeoises ont des robes à fleurs, c’est le printemps.

L’évêque : Mais il n’y a plus de temps… Il n’y a plus rien ! Tout a fondu.

La pute : Tout ? Ils ont fait péter leur foutue bombe alors ?

L’évêque : Oui ! Enfin, je crois, je suppose.

Un moment il n’y avait que de la lumière… Et du vent. Désormais tout est noir.

 Pour aller plus loin

( A venir prochainement )

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Frédéri MARCELIN

 Ambassadeur Edition999

Je suis venu au monde avec les cerises en mai 1954 à Cavaillon dans la Comtat Venaissin. J’ai grandi en toute liberté à la campagne. Je suis allé à l’école primaire du petit village de Lagnes, dans les mont du Vaucluse. Puis le collège à Cavaillon et le Lycée à Isle sur Sorgue. Ma vie professionnelle fut...

 Lire son interview

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

AFRICANITE

L’Afrique, disloquée, maltraitée, exploitée, continent de chair de sang et de feu, ruinée par la prévarication blanche, tenue en dépendance par un occident décadent, sous l’œil d’une Chine croupissante, mérite que l’on s’attarde à (...)

2022

Ludivine et Balthazar

Conte camarguais, hommage à Bosco de Baroncelli, Alphonse Daudet et Albert Lamorisse. Tragédie dans un grand domaine camarguais dans la première moitié du XIXe siècle.

2021

Jumelage sidéral

Histoire d’un jumelage entre la Terre et une autre planète.

2021

Poésies érotiques

Poèmes érotiques

2020

2 discussions

  • 27 juin, par sylvie de Monte

    Bonjour,
    j’ai toujours eu du mal à lire du théâtre.
    Mais j’aime ce ton alerte et acide.

    • ^ 29 juin, par Frederi Marcelin

      En confidence je dois vous dire que moi aussi. Je n’aime pas assister aux représentations théâtrales, par contre j’ai eu l’occasion de monter sur scène, une première fois pour jouer dans l’Arlésienne le rôle de Marc, et une seconde fois, où j’ai joué et mis en scène seul "l’homme qui plantait des arbres" de jean Giono, et j’ai trouvé cela très jouissif.
      Je sui ravi que mes petites guignolades vous ai plu.
      Bonne journée.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Littérature

L’orient des flammes

Le commencement… Au début, tout était sombre, pénombre. Au début, c’était le néant. Toutes nos vies, tous nos cris, nos blessures, nos tortures, notre passé, présent et futur,

Une vie en enfer

Marry était une enfant comme une autre. Malgré sa famille, malgré son lieu de vie, malgré tout les drames qu’il se passait dans sa ville, elle avait tout pour être heureuse. Jusqu’à un évènement, un coup de feu, qui bouleversera sa vie à (...)

Victimes de la Vie

Mon ouvrage est une nouvelle . Il est ainsi le recueil de trois (3) opuscules.

Une chaise au soleil

Elle ne savait pas qui, un jour, l’avait abandonnée dans ce galetas qui sentait la vieille poussière froide. Parfois un rai de lumière arrivait de nulle part.