Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Autobiographie - Témoignage - Autofiction > Les contes de mon village - 1 - La porte des cagots

Les contes de mon village - 1 - La porte des cagots

Claudette Gilard Fito (Auteur)

Nombre de pages : 6

 Remercier Claudette Gilard Fito

Les statistiques du livre


198 Lectures
12 Lectures / 31 jours


4.5 /5 sur 8 votants

361 visites

Evaluer le livre


Thème : Autobiographie - Témoignage - Autofiction

( Version du 24 octobre 2018 )

 La quatrième de couverture

A passer des heures sur les documents d’archives il arrive parfois que certains personnages sortent des registres oubliés pour venir gambader sur une page blanche d’ordinateur.
Il suffit alors de les suivre et de les écouter.
Ainsi ont pris corps les contes de mon village gascon que vous aurez j’espère plaisir à découvrir.

Les cagots font partie d’une communauté réprouvée d’origine inconnue. On les trouve des deux côtés des Pyrénées et dans le sud de la Gascogne. Leur provenance est mystérieuse. Repoussés à l’extérieur des villages, en lisière de forêts, ils furent assimilés à des lépreux. Selon une croyance tenace, on pouvait les reconnaître à certains traits physiques, comme leurs pieds palmés ou l’absence de lobes à leurs oreilles. Ils ne devaient pas se déplacer pieds nus de peur qu’ils ne transmettent de maladie. Ils avaient bien entendu leur propre fontaine dont le nom s’est perpétué dans quantité d’endroits en Béarn.
Ils se spécialisèrent dans le domaine du bois car le bois était censé ne pas communiquer de maladie. Ainsi leur tendait-on les marchandises, ainsi que les hosties à l’église, au bout d’une longue palette de bois.
On les obligeait à se signaler quand ils arrivaient dans le village par des bruits de crécelles, et à porter un signe dénonçant leur état : une patte d’oie rouge. Leur rejet dura plusieurs siècles et malgré la publication d’édits en leur faveur, il fallut attendre la Révolution pour enregistrer une rupture définitive avec cet honteux passé.

 La première page

La nouvelle avait fait le tour de Sarrant comme une nuée d’insectes un soir d’orage : les consuls avaient engagé des charpentiers venant de Saint-Clar, pour réparer la charpente de la tour porte de ville. Et ces charpentiers étaient cagots !
  Des cagots ici !!
 Ce n’est pas possible !
Jamais aucun cagot n’était entré dans l’enclos de la ville, car on disait que ces descendants d’anciens lépreux, portaient avec eux miasmes et contagion.

Notre illustration Instagram proposée sur notre page Edition999

  

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Claudette Gilard Fito

 Ambassadeur Edition999

Je suis l’heureuse grand-mère de quatre petits-enfants. C’est pour eux, qui vivent à l’heure d’internet que j’ai éprouvé le besoin d’évoquer le temps des porte-plume et des chemins blancs. Ma part d’enfance ne m’a jamais quittée. Par ailleurs, je fais des publications sur l’Histoire locale, principalement...

 Lire son interview

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Au Pied du mur Berlin 1965

Nous sommes là, sans pouvoir dire un mot, estomac noué. Autour de nous silence et désolation. Des immeubles délabrés aux fenêtres murées, des barbelés rouillés qui hérissent un haut mur de parpaings gris. Tous les cinquante mètres, des miradors où campent des (...)

2019

Jean Dieuzaide curé gascon du XIXe siècle

En pénétrant dans le cimetière d’Estramiac dans le Gers, en contrebas du village, le regard est attiré par une imposante croix de pierre. Placée au centre du lieu sacré, elle domine la tombe du curé Jean Dieuzaide. "Le pasteur au milieu du troupeau" indique la (...)

2019

Dix filles dans un pré

Sur le thème d’une comptine apprise en maternelle, "Y avait dix filles dans un pré, toutes les dix à marier ", André m’a confié ses mémoires de jeunesse, son parcours d’élève appliqué au Lycée de Toulouse dans les années (...)

2018

L’ombre de papa

En fin de journée, papa et moi marchons dos au soleil, déjà bas. Il nous fait des ombres démesurées sur le chemin. Bras immense, longues jambes fines. Je suis un elfe, un lutin. Mon ombre court, celle de papa la rattrape. Il ouvre les bras et m’enserre. Nous (...)

2018

2 discussions

  • 17 janvier 2019, par Caro 77100

    Bravo pour votre livre et aux Edition999 qui permettent de garder la mémoire de notre pays. Comme cela, on pourra pour les générations futures découvrir des petites histoires Très Importantes et les cagots. Je note la dernière page de votre livre : "Notre porte des cagots c’est l’honneur de notre ville, elle témoignera à l’avenir desméfaits de l’intolérance et de la stupidité des hommes." Merci

    • ^ 17 janvier 2019, par Claudette Gilard

      Merci Caro pour votre remarque encourageante ! On a besoin de tolérance en ce temps troublés... bonne journée !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Autobiographie - Témoignage - Autofiction

Cahier N°13 du journal d’Urane

J’avais de plus en plus mal à la tête et je me suis allongée sur mon lit, en décidant de prendre la chose avec humour. J’ai essayé de regarder mon mal de tête sous un angle humoristique en me demandant ce qu’il signifiait et la réponse est venue rapidement. - « Le (...)

Mémoires d’Outre-mer : Isola Bella

"Isola Bella" est la suite d’ "Une enfance créole". L’auteure, après son enfance, raconte l’adolescence d’une jeune fille créole dans les années soixante jusqu’à son départ pour la Métropole. Le ton n’est plus celui d’un enfant et la découverte du monde passe par des (...)

L’enfant jaune

J’étais définitivement déraciné". Ces quelques mots résument à eux seuls le bouleversement intervenu dès sa prime enfance à cet enfant coréen abandonné par sa mère.

Cahier N° 21 du Journal d’Urane

Je relis toujours mes vieux cahiers. Je suis stupéfaite d’y contempler le reflet de mon âme. C’est incroyable ! C’est comme si je voyais l’autre partie de moi-même dans un miroir, celle que l’on ne voit habituellement pas dans la glace, car elle n’est pas (...)