Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > Les marmites Provençales (du rififi chez les Régali)

Les marmites Provençales (du rififi chez les Régali)

André Valrais (Auteur)

Nombre de pages : 112

 Remercier André Valrais

Les statistiques du livre


121 Lectures
8 Lectures / 31 jours


4 /5 sur 4 votants

172 visites

Evaluer le livre


Thème : Littérature

( Version du 27 mai 2021 )

 La quatrième de couverture

Le fil conducteur de ce roman est une histoire de succession familiale dont les héritiers, au fort caractère, ne vont pas manquer de provoquer des situations ubuesques pleines de rebondissements. La fratrie, tout au long du récit, va entrainer le lecteur dans un imbroglio hilarant.

 La première page

Tréfort est un village Provençal. L’histoire communale, s’inscrit dans l’histoire régionale. Les guerres de religion, la Révolution française, la résistance à Napoléon III, et deux guerres mondiales, font que ce village tranquille, inondé de soleil allait, dans la continuité de sa belle tradition mouvementée, servir une fois de plus de décor à une histoire de succession, dont les protagonistes n’allaient pas se priver d’envenimer les débats.
Le patrimoine bâti est bien conservé dans ce village perché et les demeures avec leur caché provençal, peuvent aisément séduire des personnes en quête de tranquillité et de qualité de vie.
C’est là, dans cet écrin qui fleure bon la lavande et le romarin, que se tient avec fière allure la maison qui devait être l’objet de toutes les tensions et les convoitises à venir. En effet, les belles années de l’enfance, puis de l’adolescence passées entre les murs bienveillants de la demeure familiale, n’étant plus que des souvenirs pour la fratrie de trois enfants, les événements à venir laissaient présager ce que seraient les difficultés quant à la répartition des biens suite au décès de Madame Régali, dont une des filles devait déclarer tout de go à son frère et à sa sœur : « - je ne savais pas que maman avait d’autres enfants que moi ! »
Mais pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette histoire à rebondissement, il convient de prendre les événements dans l’ordre. Tout d’abord il nous faut nous pencher sur le fait que, juste après le décès malheureux du père, la cadette de la famille, prénommée Cunégonde, avait
déjà de grands projets pour la maison familiale. La décence n’étant pas son point fort, elle commençait déjà à spéculer tel un vautour, sur les biens de la famille en calculant la part qui reviendrait à la mère en cas de vente de la maison.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de André Valrais

Je suis ce que l’on peut appeler un artiste touche à tout, étant aussi portraitiste, et auteur compositeur interprète dont les créations musicales peuvent être écoutées sur mon site claudart05. Je réside dans les hautes alpes, à Gap plus exactement. C’est tout naturellement que je suis venu à l’écriture...

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Littérature

L’équilibre brisée

L’équilibre brisée Tome 1 - Une aventure débute - Trois ans. Ses trois premières années n’ont été remplies que de bonheur, d’air frais, de vie. Et cela fait maintenant sept ans qu’Illiria n’a pas respiré l’air (...)

Ball-trap

Prenons une échelle appuyée contre un mur. La logique étant de grimper dessus, admettons un sujet de genre, âge, condition physique et objectif indéterminés. Pour l’instant, seule la qualité de l’échelle est en jeu et là, le spectre est large, disons de la (...)

Petites nouvelles et contes à lire dans le métro, le bus...

Petites nouvelles plus ou moins fantastiques et contes "philosophiques"

Mariage facile des nouveaux convertis

A Sainte-Catherine en 1742, après la révocation de l’Édit de Nantes, malgré leur conversion, les protestants avaient beaucoup de mal à se marier. Ce récit décrit comment le curé de Sainte-Catherine s’y prit pour, moyennant finance, leur faciliter le mariage. Mais (...)