Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > Marseille génération

Marseille génération

Elody (Auteur)

Nombre de pages : 58

 Remercier Elody

Les statistiques du livre


430 Lectures
1 Lectures / 31 jours


4.5 /5 sur 2 votants

416 visites

Evaluer le livre


Thème : Littérature

( Version du 13 janvier 2014 )

 La quatrième de couverture

Dans la grande ville de Marseille, parmi cette jeunesse désœuvrée et parfois violente grandie Olivier. Cet adolescent timide découvre l’amour, le sens de l’amitié, fait l’école buissonnière, mais découvre aussi la délinquance et l’argent facile. Entraîné par la bande, il commet des méfaits, va jusqu’au braquage sous le soleil omniprésent de Marseille...

 La première page

en cours de rédaction

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Elody

Jeune Marseillaise

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Littérature

Il bat de nouveau

Début d’une nouvelle : Je sors de mon taf… Bon, ce soir petite sortie avec ma copine Jeanne, ça va me faire du bien. Ma semaine n’était pas particulièrement éreintante mais j’ai besoin de me changer les idées. Sur la route vers chez moi, je rêvasse. Rien de (...)

Éphémères et diluviennes

"L’amour, ce sentiment auquel tout le monde aspire… Il peut surgir n’importe quand, n’importe où. Au détour d’une rue piétonne, d’une aire d’autoroute, dans une larme de houblon. Parfois, l’union de deux êtres donne même des fruits (...)

Vie de deux amants

Je tiens à prévenir mon lecteur que ceci comme l’indique clairement le titre est une histoire d’amour. C’est l’histoire du chevalier traître et de la fille à soldat. Je vais vous la contais avec la plus grande précision dont je suis capable. J’ai rêvé cette (...)

JEREMY ou Quand monsieur le hasard s’en mèle

C’était en novembre, une pluie fine tombait sur la Canebière, et lorsqu’il pleut la ville est triste, sinistre et même lugubre. Mon D…, il ne fallait pas nous habituer au Soleil et au beau temps à Marseille… Je rentrais des courses les bras chargés de paquets. (...)