Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Génocide vert

Christian Péloquin (Auteur)

Nombre de pages : 65

 Remercier Christian Péloquin

Les statistiques du livre


359 Lectures
6 Lectures / 31 jours


4 /5 sur 4 votants

826 visites

Evaluer le livre


Thème : Science Fiction - Anticipation

( Version du 7 juin 2020 )

 La quatrième de couverture

À l’origine, Eve a été séduite par le serpent. Des milliers d’années plus tard l’humanité comprendra le pacte secret que la femme et la bête ont conclu. Des paroles oubliées depuis l’aube des temps amèneront un génocide sans précédent. L’homme réalisera dans l’espace d’une seule nuit de pleine lune qu’il n’est pas au sommet de la chaîne des prédateurs.

 La première page

Quatre octobre dans un quartier de banlieue de Val-d’Or, il est seize heures trente. Irène Beaufort stationne sa voiture dans l’entrée assez vaste pour garer deux automobiles côte à côte. La femme de trente-six ans débarque du véhicule. Elle est vêtue de son uniforme d’infirmière. Elle vient de terminer son quart de jour à l’hôpital de Val-d’Or. Depuis douze ans qu’elle fait ce métier, la femme élancée aux cheveux châtains marche en direction de la porte du côté de sa grande maison. Avant d’entrer, elle prend une bonne respiration savourant l’air frais de sa saison favorite qui approche. Elle adore l’automne, alors que les températures changeantes annoncent l’hiver. En Abitibi, région dans le nord de la province de Québec, la saison hivernale est assez difficile, mais ça ne freine pas Irène qui adore ce coin de pays. Les feuilles des arbres commencent tout juste à changer de couleur. C’est une période qui la remplit de bonheur.
Elle entre chez elle et retrouve Brandon, son garçon de six ans installé à la table de la cuisine en train de colorier. Heureux de voir sa mère il lui fait un grand sourire, ce que ne manque pas de lui rendre Irène. Celle-ci retire ses souliers, avance dans la cuisine et dépose son sac à main sur la table. Puis elle donne un baiser sur la tête du garçon qui reprend son coloriage.
—Alors qu’est-ce qu’on mange, mon grand amour ? demande Irène.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Christian Péloquin

Né en janvier 1965 je suis l’auteur de sept romans. Sans me dire écrivain, je suis davantage un rêveur qui retransmet sur papier. Je me passionne de tout ce qui m’entoure et qui m’inspire. Toucher à tout me permet d’avoir de l’idée. Toutefois, ça empêche d’exceller. Quoi qu’il en soit, la vie m’amène à...

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Nouveau départ

Nouveau départ est ma façon de comprendre les évènements du moment. Nous vivons dans une pandémie et comme tout le monde, je me questionne. Je tente d’analyser la nature humaine qui nous a amenés jusque-là. N’allez pas croire que j’affirme quoi que ce soit. Je (...)

2020

1 discussion

  • 23 décembre 2020, par François

    Très bonne histoire avec du suspens jusqu’à la fin
    J’ai adoré

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Science Fiction - Anticipation

L’origine des mondes

Ce roman développe un voyage initiatique, avec moult rebondissements. Au bout de ce périple, une terrible révélation va permettre aux protagonistes, de comprendre combien l’homme est minuscule dans cet Univers de mystère, et qu’à tout moment, il peut être (...)

Neptome ne répond plus

Un groupe d’anciens militaires devenus mercenaires se rend dans une base d’exploitation gazière qui à rompu toute communication. Ils ne s’attendaient pas à ce qu’il vont découvrir sur place...

Quinacridone

Une dystopie implacable, pas si improbable, un petit groupe de résistants qui cherche à la mettre à bas:parmi eux,la jeune Hope et ses parents, leur amie Sam, tombeuse de filles, et quelques autres. Leur nouvelle recrue inattendue changera-t-elle la donne (...)

Pourquoi doit-on déménager la terre ?

Cette histoire est née il y a plus de 20 ans maintenant. Elle m’est sortie du coeur plutôt que de l’esprit.