Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Classique > Historiettes, contes et fabliaux

Historiettes, contes et fabliaux

Marquis de Sade (Auteur)

Nombre de pages : 222

 Remercier Marquis de Sade

Les statistiques du livre


1041 Lectures

3.67 /5 sur 3 votants

1129 visites

Evaluer le livre


Ajouter votre avis pour le livre : Historiettes, contes et fabliaux

Thème : Classique

( Version du 13 février 2014 )

 La quatrième de couverture

Avertissement : des scènes ou des propos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs

Historiettes, contes et fabliaux

Tout le monde a connu au commencement de ce siècle Mme la présidente de C…, l’une des femmes les plus aimables et la plus jolie de Dijon, et tout le monde l’a vue caresser et tenir publiquement sur son lit le serpent blanc qui va faire le sujet de cette anecdote.

– Cet animal est le meilleur ami que j’aie au monde, disait-elle un jour, à une dame étrangère qui venait la voir, et qui paraissait curieuse d’apprendre les motifs des soins que cette jolie présidente avait pour son serpent ; j’ai aimé passionnément autrefois, continua-t-elle, madame, un jeune homme charmant, obligé de s’éloigner de moi pour aller cueillir des lauriers ; indépendamment de notre commerce réglé, il avait exigé qu’à son exemple, à de certaines heures convenues, nous nous retirerions chacun de notre côté dans des endroits solitaires pour ne nous occuper absolument que de notre tendresse.

 La première page

en cours de rédaction

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Marquis de Sade

Écrivain français (Paris 1740-Charenton-Saint-Maurice, aujourd’hui Saint-Maurice, 1814). Contestée, vilipendée, sujette à procès, l’œuvre du marquis de Sade fut longtemps considérée uniquement sous l’angle du sadisme. Plus fondamentalement, elle forme le double névrotique et subversif des philosophies naturalistes et libérales du siècle des Lumières.

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Les Infortunes de la vertu

Le triomphe de la philosophie serait de jeter du jour sur l’obscurité des voies dont la providence se sert pour parvenir aux fins qu’elle se propose sur l’homme

Les Infortunes de la vertu

Le triomphe de la philosophie serait de jeter du jour sur l’obscurité des voies dont la providence se sert pour parvenir aux fins qu’elle se propose sur l’homme,

2014

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Classique

Une page d’amour

La veilleuse, dans un cornet bleuâtre, brûlait sur la cheminée, derrière un livre, dont l’ombre noyait toute une moitié de la chambre. C’était une calme lueur qui coupait le guéridon et la chaise longue, baignait les gros plis des rideaux de velours, azurait la (...)

La Flèche noire

La Guerre des Deux Roses déchire l’Angleterre du 22 mai 1455 au 22 août 1485. Elle oppose les familles York et Lancastre dans une lutte impitoyable pour la succession au trône. Le jeune Richard Shelton, noble, orphelin et dépossédé de son héritage, entre pour (...)

Arsène Lupin contre Herlock Sholmès

Le 8 décembre de l’an dernier, M. Gerbois, professeur de mathématiques au lycée de Versailles, dénicha, dans le fouillis d’un marchand de bric-à-brac, un petit secrétaire en acajou qui lui plut par la multiplicité de ses tiroirs. « Voilà bien ce qu’il me faut pour (...)

Une vie

Jeanne, ayant fini ses malles, s’approcha de la fenêtre, mais la pluie ne cessait pas. L’averse, toute la nuit, avait sonné contre les carreaux et les toits. Le ciel, bas et chargé d’eau, semblait crevé, se vidant sur la terre, la délayant en bouillie, la (...)