Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire
Faire un don
à Edition999
Vous êtes auteur ?
PUBLIER GRATUITEMENT son livre

Accueil > Fantastique > La maison des Feux Follets : première partie

La maison des Feux Follets : première partie

Ludovic Careau (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 122

Publication le 8 septembre 2021

Les statistiques du livre


193 Lectures
8 Lectures / 31 jours


4.43 /5 sur 7 votants


444 visites

Evaluer le livre


Thème : Fantastique

 La quatrième de couverture

Marc Merray, fonctionnaire sans histoire, était loin d’imaginer que son emménagement dans leur nouveau domicile, situé au cœur d’un quartier paisible d’Angers, au numéro 26 de la rue des Feux Follets, les affecterait à ce point, sa compagne Élise, leur fille Maud, âgée de six ans, et lui.
Jamais il n’aurait pu penser un seul instant que sa concubine en vienne à assassiner froidement leur fille de plusieurs coups de couteau.
Jamais il n’aurait pu concevoir que la femme qu’il pensait connaître depuis des années soit finalement diagnostiquée schizophrène et envoyée dans un centre de santé mentale.
Mais petit à petit, désireux de connaître les raisons qui ont amené Élise à commettre l’irréparable, il parvient à établir un effroyable lien entre le drame dont il est affligé et le passé tragique de cette maison.
Entre occultisme, possession démoniaque et hantise, secondé par un petit groupe d’enquêteurs spécialisés dans le domaine du paranormal, Marc réalise bientôt que le numéro 26 de la rue des Feux Follets est bien plus qu’une simple demeure dotée d’un seul étage, bâtie dans les années quarante par un sulfureux personnage répondant au nom d’Eugène Stock...

 La première page

Ce soir là, la maison était plongée dans un silence douillet...
Dehors, sous un ciel assombri, une pluie d’été, lourde et orageuse, s’était mise à arroser copieusement le trottoir des rues désertées et ses milliers de gouttelettes, ballottées par le souffle d’un vent tempétueux, venaient tapoter aux carreaux des fenêtres...
Dans le salon feutré, sous l ’éclairage tamisé de la lampe halogène, seul le monocorde tic-tac de la grosse pendule rythmait avec régularité cette profonde léthargie.
Allongé de tout son long sur le sofa crème, la télécommande à portée de main, Marc regardait d’un œil distrait la TV écran plat, essayant de lutter contre des paupières qui s’ingéniaient à vouloir se fermer.
Sur le plateau de l’émission politique, autour d’une grande table ronde, des hommes en costards-cravates n’en finissaient pas de discourir sur l’état économique du pays. Leurs voix venaient à se perdre, à se mêler puis à se diluer jusqu’à ne former qu’un doux ronronnement diffus.
Marc commençait à s’assoupir. Son cerveau s’était mis en mode pause et son esprit s’embarquait déjà pour une longue traversée lorsque, soudain, il perçut un bruit, aussi proche que perturbant. Un bruit qui le fit aussitôt émerger de sa douce torpeur. Il rouvrit grands les yeux puis, dans un ultime effort, releva légèrement la tête afin d’entrapercevoir la furtive silhouette de sa compagne, Élise, s’attarder dans l’espace cuisine.
Le cadran de la pendule indiquait 19h10.

Biographie de Ludovic Careau

 Ambassadeur Edition999

Né en 1970 à Angers (Maine-et-Loire). Ludovic Careau s’inspire de toute une littérature fantastique qui le précède. Un genre quelque peu méprisé en France mais apprécié dans les pays anglo-saxons. Il aime par dessus tout la littérature fantastique du XIXe siècle et du début du XXe siècle avec des noms...

 Lire son interview

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

La maison des Feux Follets : suite et fin

Marc Merray, fonctionnaire sans histoire, était loin d’imaginer que son emménagement dans leur nouveau domicile, situé au cœur d’un quartier paisible d’Angers, au numéro 26 de la rue des Feux Follets, les affecterait à ce point, sa compagne Élise, leur fille (...)

2021

La colère d’Esus : première partie

En l’an 1605, proche du village de Candé, une énorme faille terrestre s’est entrouverte, libérant ainsi des forces du mal vieilles de plusieurs milliers d’années. Des créatures maléfiques, commandées par un ancien dieu sanguinaire répondant au nom d’Esus, essaiment (...)

2020

Tuliballe : épilogue

Au collège, Gédéon Creil fait la connaissance de Geoffroy Barillé, un adolescent fragile et timoré de treize ans. Tous deux partagent le même engouement pour les univers fantastiques et deviennent inséparables.

2016

Les enfants d’Enkidu : première partie

Lors d’une soirée hivernale, dans le confinement d’un pavillon de la banlieue parisienne, la vie d’Alistair Kridge se voit à jamais bouleversée par la mort brutale de sa compagne, Alicia. Celle-ci, brusquement métamorphosée en une féroce créature, en vient à (...)

2020

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Fantastique

Un cheval en manteau

"Un cheval en manteau" est cette réponse peu courtoise qu’un Russe formule à la question "qui es-tu ?". Cet assemblage de quatre mots recèle une vulgarité sans bornes au points que les gens de bonne société s’interdiront toujours de l’employer. Une vulgarité (...)

Et si jamais...

Un homme était assis au comptoir d’un bar du centre ville. Du haut de sa chaise, il fixait son verre vide d’un regard absent et faisait tourner son index à l’intérieur de celui-ci. Pendant un bref moment il s’était assoupi. Son verre se brisa par terre et se (...)

La maison des Feux Follets : première partie

Marc Merray, fonctionnaire sans histoire, était loin d’imaginer que son emménagement dans leur nouveau domicile, situé au cœur d’un quartier paisible d’Angers, au numéro 26 de la rue des Feux Follets, puisse à ce point les affecter, sa compagne Élise, leur fille (...)

L’Ange de pierre

Par une lourde chaleur d’été, David, employé modèle dans une importante fiduciaire de la ville, terminait de classer les documents destinés aux archives. Le ventilateur, bruyant, brassait désespérément l’air chaud à travers ses pales mais ne parvenait pas à apaiser (...)