Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire
Faire un don
à Edition999
Vous êtes auteur ?
PUBLIER GRATUITEMENT son livre

Orgueil, mon bon malheur

Francis Gouffé (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 200

Publication le 18 novembre 2019

Les statistiques du livre


336 Lectures
0 Lectures / 31 jours


5 /5 sur 9 votants


631 visites

Evaluer le livre


Thème : Autobiographie - Témoignage - Autofiction

 La quatrième de couverture

Dans une biographie, l’auteur a d’abord voulu montrer combien l’orgueil avait souvent été le fil de son existence aux dépens de son bonheur.

Dans une deuxième partie, des simulations le poussent à tenter de satisfaire ses désirs. Ces aventures lui permettront-elles d’appréhender le sens de sa vie ?

 La première page

Depuis deux siècles les Placide s’ignorent et se détestent. Chez nous on évite de parler de nos oncles ou cousins. En l’absence de tradition orale, j’ai dû fouiller les archives et visiter les cimetières pour reconstituer notre histoire familiale.
Mes ancêtres paternels sont viticulteurs à Villiers le Bel au XVI ème siècle. J’y ai vu leur sépulture avant sa disparition. Elle était entourée de chaînes et de pilastres, symboles franc-maçonniques, et aurait mérité d’être classée. Une très lointaine cousine m’a montré le cahier de doléances du village émargé par plusieurs Placide en 1789.
Mon ancêtre Bernard Placide quitte son village pour Paris vers 1817. D’abord apprenti menuisier, il finit par épouser la fille de son patron. Le couple reprend l’atelier d’ébénisterie situé rue Saint Nicolas sans doute après avoir éliminé les autres héritiers dont il ne reste aucune trace, si ce n’est quelques meubles joliment marquetés dont j’ai hérité.
Depuis aucune succession ne semble s’être passée dans le calme dans ce faubourg St Antoine, faubourg de la révolte. Une fille Placide hérite de l’enseigne et épouse un concurrent. Son frère, mon ancêtre frustré, monte une entreprise concurrente sous l’appellation « Placide jeune ».

Biographie de Francis Gouffé

Je suis le dernier descendant actif d’une famille d’ébénistes établis faubourg Saint Antoine depuis le XVIII ème siècle.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Sacrée curiosité

Tu crois au père Noël ? Comment pourrait-il passer par la cheminée du poêle à mazout ? Elle a raison, c’est bizarre, il faut élucider ce mystère.

2020

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

6 discussions

  • 12 avril 2020, par francis gouffé

    Merci pour ce beau commentaire digne de l’arrière petit fils de Céline.
    J’aimerais bien avoir de tes nouvelles.
    Francis

  • 12 avril 2020, par Pierre Rabbit

    J’ai très bien connu Francis quand j’étais adolescent. Moi à la recherche d’un père, lui d’un fils.

    Francis se livrait à moi dans la vie comme il se livre au lecteur dans cet ouvrage. Un caractère Balzacien (plutôt qu’Hugolien), très grand conteur, joueur, seul et entouré, heureux dans la tourmente, constamment au milieu d’une transaction, obsédé par la peur de l’impotence, la trahison, la distance de ses parents, la distance de ses enfants, le jugement des autres, l’imposture, l’impotence.

    Tout se retrouve dans ce livre.

    C’est un grand livre à la fois tendre et sans tendresse, fier et humilié, littéral et abstrait, généreux et cruel. Francis réussit le tour de force de réunir les contraires.

    Il faut imaginer Francis heureux. Il faut l’imaginer aimé de ses enfants. Et à la fois tout le contraire. Il a tout vécu et montre sa force face à la mort dans ce très beau livre.

    Pierre, maintenant aux US, seul et entouré.

  • 8 avril 2020, par François-Xavier Lenoir

    Belle initiative de la part de Francis de faire revivre ce monde horrible et séduisant des années 50, puis 60 et suivantes.
    J’apprécie d’autant plus cet ouvrage que j’ai connu la plupart des gens et des lieux mentionnés. J’étais loin de m’imaginer tout ce qui se tramait sous une façade avenante et brillante. Je suis cependant heureux d’avoir profité des visites, des restaurants et des nombreuses pièces de théâtre dont mon parrain, Pierre G. m’a fait bénéficier durant mes jeunes années. Je ne l’oublierai jamais.
    Je suis aussi sensible à ce qui se dit au sujet du meuble et de son quartier. Fils du marchand de tapis dont il question dans le texte, je descends surtout par ma grand-mère maternelle d’une vieille famille prestigieuse du Faubourg Saint-Antoine, basée au N°74, la maison Kriéger, puis Cosse et Racault, Damon enfin qui a duré pendant une bonne partie du XIXe siècle. Il ne m’en reste presque rien sinon quelques objets, des photos plus ou moins bien légendées, mais surtout de multiples sujets de recherches à approfondir.
    J’ai le sentiment d’être passé à côté de la "grande" aventure et pourtant d’avoir échappé à une série de soubresauts, donc d’avoir eu une vie rangée quoique plutôt bien rythmée, jusqu’à l’actuel confinement. Orgueil, mon bon malheur est une bouffée d’oxygène.

  • 2 janvier 2020, par Regy

    Pour le moment,je n’ai encore eu le temps que d’apprécier la couverture:Les encres de Victor Hugo évoquent déjà le quartier vers place des Vosges et
    Saint Antoine...curieux de lire la suite du premier livre...et se replonger dans l’ambiance du siècle dernier.

  • 21 décembre 2019, par Sophie Leroux

    J’a l’écriture claire et précise,l’aut n’e pas complaisant avec lui-même,mais fait preuve d’autodérision.c’est le témoignage de toute une époque

  • 13 décembre 2019, par Haudecoeur Monique

    J’ai beaucoup aimé ce livre pour la franchise de l’auteur et son autodérision.

    .

 Dans le même rayon : Autobiographie - Témoignage - Autofiction

DU TEMPS PERDU

Je raconte mon confinement

Chronique d’une déception politique

Mon livre est une œuvre qui parle de mon vécu dans la politique de mon pays en militant dans un parti,je décris aussi le comportement des puissances étrangères dans mon pays et en Afrique.

CAHIER N°6 DU JOURNAL D’URANE

J’écris, j’écris... bientôt je ne saurai plus où mettre les cahiers que je remplis. C’est des kilomètres d’écriture. Oui mais c’est un petit cadeau que je m’offre chaque soir. Ce journal, c’est un petit « tête à tête » avec moi-même, une réunion, une conférence avec (...)

La déchirure de la fosse

Soyez indulgent avec ma toute première fiction et ne soyez pas sur des chevaux boiteux, notamment ceux des « podiums » de la critique littéraire.