Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Fantastique > Saloperie de maladie.

Saloperie de maladie.

Jean-Michel Pailherey (Auteur)

Nombre de pages : Nombre de Pages : 3

 Remercier Jean-Michel Pailherey

Les statistiques du livre


772 Lectures
3 Lectures / 31 jours


4.98 /5 sur 1 votants

1270 visites

Evaluer le livre


Thème : Fantastique

( Version du 20 octobre 2006 )

 La quatrième de couverture

Saloperie de maladie

Assise à son bureau, elle sentit que son cancer progressait. La maladie continuait son ravage. Malgré sa chimiothérapie, ses attentions alimentaires, ses efforts physiques et sa volonté décuplée, elle sentait l’irréversible progression.

Elle se leva pour atteindre les lavabos et se rafraîchir le visage. Lentement, en essayant de ne pas paraître malade, elle entra dans les toilettes des femmes.
La pièce était carrelée sur les murs, aseptisée et les trois lave-mains blancs brillaient sous les lumières blanches si agressives qu’elle en plissa des yeux.

Prévenue par une douleur, un frémissement, elle regarda son avant-bras. Atterrée, elle vit le renflement qui se déplaçait. Le voilà, le cancer !!!...

Cette histoire est présente dans le recueil : Nouvelles d’ici et d’ailleurs 1

 La première page

en cours de rédaction

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Jean-Michel Pailherey

Je suis un écrivain de fantastique depuis l’âge de 13 ans. J’aime écrire mes peurs, mes colères, mais aussi de plus en plus le monde qui m’entoure. Disons que le fantastique est le défouloir pour résoudre des situations personnelles bloquées. Je suis né en 1967, parisien de souche, ayant vécu...

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Sang

Quel est ce décor blanc et froid ? Qui est cet homme un couteau à la main ? Ou va t-on ? Que fait-on ? En quelques lignes entrées dans l’univers macabre de Jean-Michel Pailherey . Murs blancs tachés de billes rouges Sol ruisselant de liquide Lumière blanche et (...)

2011

La magie du rugby

Plus que deux heures à attendre, un frisson visita les échines chauffées au rouge des quatre mille spectateurs du stade de France. Les joueurs venaient d’entrer pour saluer la foule avant de retourner aux vestiaires. Le match d’ouverture de la coupe du monde (...)

2007

Un vol bien ordinaire

Un procès parmi d’autres débuta à la cour de G. Le chef d’accusation portait sur une plainte pour vol de bagages. Des objets de luxe avaient disparu aux postes de dépose et d’indexation de l’aéroport H. A la barre, une vingtaine de prévenus ne cessait de se (...)

2006

Vivier Danger Tome 3

Le feu dans la cheminée s’était endormi et la chaleur avait laissé sa place à une odeur lourde, indéfinissable et d’une puanteur épouvantable. Les murs dégoulinaient d’aliments séchés. Des morceaux de verre étaient disséminés un peu partout. La grande table retournée (...)

2006

2 discussions

  • 5 février 2006

    Pas mal ;)

    • ^ 10 juillet 2006, par CVERONIQUE

      FRANCHEMENT GENIAL. ON A VRAIMET ENVIE QUE CE SOIT LA SOLUTION. MON PERE EST DCD D’UN CANCER ET J’AURAIS AIME POUVOIR LU TUER SA MALADIE. TRES BONNE HISTOIRE QUI NOUS LAISSE REVER A LA VICTOIRE....

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Fantastique

Ankaa

C’est l’histoire, d’un homme, qui parcourt les voyages allégrement, tranquillement et fantastiquement. Mais cet homme n’est pas celui qu’on croirait voir. Il est unique, et n’espère pas demeurer vivant de son (...)

Traumas

Nathan Storh referma le dossier des derniers cas pathologiques rares et soupira. Douze heures de travail et il ressentait déjà la fatigue d’un homme qui en avait trop fait. Lui, qui une année plus tôt pouvait encore travailler seize heures d’affilées sans (...)

Le Vigil

Rennes, la nuit. Le sommet de la plus grande des tours. Une ombre assise sur le rebord. Elle regarde la ville. Cette ombre, c’est moi, le Vigil. Je suis le héros, le protecteur de la ville, le dernier rempart contre le crime. Pourquoi moi ? C’est comme ça (...)

Le caméléon

D’un geste sûr, il sortit son portefeuille de la poche droite de sa veste, c’est là qu’il se trouvait, c’était toujours là qu’il se trouvait. « Tom Mills, 1880 Creston Road » pouvait-on lire sur la carte d’identité, mais cet homme n’était pas Tom Mills, Tom Mills (...)