Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Fantastique > La gaffe

La gaffe

Sharyann (Auteur)

Nombre de pages en A4 :

Les statistiques du livre


639 Lectures
0 Lectures / 31 jours


3.99 /5 sur 1 votants

1094 visites

Evaluer le livre


Thème : Fantastique

Version publiée le 17 juillet 2006

 La quatrième de couverture

Le type n’avait pas opposé une résistance très glorieuse. Bien sur, pour jouer au martyre, il s’était d’abord obstiné dans un original mutisme.

Mais le fait de se voir en deux morceaux, ça rend loquace. Je lui ai tranché l’auriculaire, je lui ai posé la question, il a pleuré, il a répondu. C’est toujours pareil ; et à force ça devient lassant.

Pour maintenir la pression, je l’ai de nouveau privé d’un doigt, puis je l’ai remercié et nous avons continué.

Le couloir était long et étroit, les murs croulants, d’un gris éclairci, délavé, égayé par aucun tag et comme s’ils venaient de recevoir l’

agression sauvage d’une cohorte de ménagères. Un endroit qu’on découvre, c’est comme la fin d’un coloriage ou la couleur d’une goulée de vomi qui sort : quand l’ensemble est moche ça déçoit, ça plombe le moral.

 La première page

en cours de rédaction

 Pour aller plus loin

( A venir prochainement )

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Sharyann

Sharyann est un auteur qui a décidé de publier sur Edition999 un ou plusieurs ebooks gratuits. Les livres "Le ciel" "Critères de sélection" "Le sol" "La gaffe" "La meilleure solution" sont pour l’instant les seuls ebooks gratuits publiés sur le site Edition999.info. La littérature partagée est son...

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Le ciel

L ’air était froid, calme et pur. Les pavés dormaient, ils avaient quitté leur alerte quotidienne ; parce que, savaient-ils, le matin d’un jour férié ne connaissait par ici qu’une très faible affluence piétonne, si bien que sur la place, chacun d’entre eux n’avait (...)

2007

Critères de sélection

Jack rampa silencieusement vers son frère qui somnolait sur le matelas moisi. Un pâle rayon lunaire frappait directement son visage sans conscience, et lui donnait une expression candide et sereine. Non, il n’a pas l’air tourmenté, se dit Jack en le (...)

2007

Le sol

« -Oh, s’il te plaît, juste encore un peu ! – Ça fait trois fois que tu me demande ça, répondit Lyssyar avec humeur. Je t’ai déjà accordé deux semaines de plus que la normale. – Mais je ne...

2006

La meilleure solution

Il est allongé au sol, dehors à la lumière et la chaleur. Sur les marches de granit brûlantes, il perçoit autour de lui l’allée et venue des premiers diptères. Eux aussi on senti que c’est pour bientôt. Sa respiration est courte et sifflante, son souffle ne tiendra (...)

2005

2 discussions

  • 25 novembre 2008, par Jean-Michel

    J’ai bien aimé. Peut-être les dialogues coupés qui nuisent à l’histoire, mais qui aurait été bon au cinéma. Moi par contre j’ai trouvé la fin surprenante.

  • 29 août 2006, par dagda_01

    On a un peu de mal a comprendre au debut, mais le style reste bon, bien que le fond soit classique et la fin ne m’a pas plue non plus

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Fantastique

Swan

Je pense que beaucoup de personnes aimeraient rajeunir, pas moi, je suis très bien en 2014, je suis satisfais de ma retraite, heureux avec Swan.

Eter

Sans blague C’est si peu Pourquoi ne pas pouvoir ? Vouloir sans pouvoir n’en gloire Pouvoir sans vouloir n’honore Personne ne choisit d’être

La colère d’Esus : épilogue

En l’an 1605, proche du village de Candé, une énorme faille terrestre s’est entrouverte, libérant ainsi des forces du mal vieilles de plusieurs milliers d’années. Des créatures maléfiques, commandées par un ancien dieu sanguinaire répondant au nom d’Esus, essaiment (...)

Egorgement

Elle enfila son manteau noir, puis son pantalon. Elle retroussa ses manches et enfila une paire de gants en latex. Sortie ses longs cheveux noir de son manteau, puis s’avança dans le couloir sombre jusqu’à la salle appelée « salle de sang ». Miss Mickey, ouvrit (...)