Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire
 Faire un don
à Edition999
Vous êtes auteur ?
PUBLIER GRATUITEMENT son livre

Accueil > Classique > Le Coup d’état de Chéri-Bibi

Le Coup d’état de Chéri-Bibi

Gaston Leroux (Auteur)

Nombre de pages en A4 :

Publication le 2 janvier 2014

Les statistiques du livre


500 Lectures
3 Lectures / 31 jours


1.01 /5 sur 1 votants


497 visites

Evaluer le livre


Thème : Classique

 La quatrième de couverture

– Demandez les nouvelles de la dernière heure : « La République en danger ! Le coup d’État dévoilé ! L’interpellation de cet après-midi ! La mise en accusation des coupables ! »
Les camelots débouchaient au coin des grands boulevards et de la rue Royale.
À la hauteur d’un restaurant où déjeunaient des parlementaires, ceux-ci les appelèrent pour acheter les journaux et rentrèrent hâtivement dans l’établissement où l’on fit groupe autour d’eux.
– Alors, c’est bien pour cet après-midi ?
– Mais, je vous l’ai dit : Carlier a les preuves !
– A-t-il les noms ?
– Les noms sont dans toutes les bouches !
– Moi, je vous dis que Carlier ne marchera pas. Voilà plus de quinze jours qu’on dit qu’il a les preuves… Il n’a rien du tout ! Subdamoun et sa bande sont aussi malins que lui !
– Ils ne sont pas encore devant la Haute-Cour !
– Ils y seront avant huit jours !
– À moins que nous ne les ayons fusillés !
– À moins que le coup d’État n’ait réussi !
– Cette blague ! Vous y croyez, au coup d’État ! Vous croyez que ça se fabrique comme ça ? Tenez ! voilà Mulot qui arrive de l’Intérieur… Eh bien ! Mulot, avez-vous vu le ministre ?

 La première page

en cours de rédaction

Biographie de Gaston Leroux

Fils aîné d´une famille de quatre enfants, Gaston Leroux obtient un bac littéraire et une licence en droit à Paris en 1889. Le texte fictif ’Le Petit marchand de pommes de terre frites’ est publié dès 1887 dans le quotidien ’La République Française’. Sa carrière d’avocat cède la place au journalisme,...

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

L’Homme qui a vu le diable

Le coup de tonnerre fut si violent que nous pensâmes que le coin de forêt qui poussait au-dessus de nos têtes avait été foudroyé et que la voûte de la caverne allait être fendue, comme d’un coup de hache, par le géant de la tempête. Nos mains se saisirent au fond (...)

2014

Palas et Chéri-Bibi

Sur la grève embrasée, devant le flot redoutable où glissaient les requins affamés, gardiens de sa prison, Palas était étendu. Le forçat semblait une bête lasse au repos. Au fait, il avait profité de la « relâche » de dix heures pour venir chercher là un peu de (...)

2013

Chéri-Bibi et Cécily

Cinq mois après les événements que nous venons de raconter, dans Les Cages flottantes, la Ficelle, qui avait six millions dans sa malle, débarquait à Palmerston, petite capitale naissante du territoire du nord, dans l’Australie septentrionale. Un bon port, (...)

2013

Les Cages flottantes - Chéri-Bibi - Tome I

« Mon rêve, à moi, a toujours été d’être un honnête homme ! fit Petit-Bon-Dieu en jetant un coup d’œil du côté des gardes-chiourme qui, revolver au poing, se promenaient entre les cages. – Pour quoi faire ? demanda Gueule-de-Bois. – Pour quoi faire ? Pour m’établir (...)

2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Classique

Une double famille

La rue du Tourniquet-Saint-Jean, naguère une des rues les plus tortueuses et les plus obscures du vieux quartier qui entoure l’Hôtel-de-Ville, serpentait le long des petits jardins de la Préfecture de Paris et venait aboutir dans la rue du Martroi, (...)

La Demeure mystérieuse

L’idée, charmante, avait reçu le meilleur accueil dans ce Paris généreux qui associe volontiers ses plaisirs à des manifestations charitables. Il s’agissait de présenter sur la scène de l’Opéra, entre deux ballets, vingt jolies femmes, artistes ou mondaines, (...)

Sodome et Gomorrhe - Partie 2

Le lendemain, le fameux mercredi, dans ce même petit chemin de fer que je venais de prendre à Balbec, pour aller dîner à la Raspelière, je tenais beaucoup à ne pas manquer Cottard

Le portrait de Dorian Gray

L’atelier était plein de l’odeur puissante des roses, et quand une légère brise d’été souffla parmi les arbres du jardin, il vint par la porte ouverte, la senteur lourde des lilas et le parfum plus subtil des (...)