Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > Une authentique bêtise

Une authentique bêtise

Daniel Fattore (Auteur)

Nombre de pages : Nombre de Pages : 3

 Remercier Daniel Fattore

Les statistiques du livre


650 Lectures
2 Lectures / 31 jours


5 /5 sur 2 votants

1145 visites

Evaluer le livre


Thème : Littérature

( Version du 21 juin 2006 )

 La quatrième de couverture

Quelle bêtise, aussi, d’aller couvrir, pour le canard local, ce fichu salon de la publicité au centre des congrès de Cambrai ! Et revenir à la rédaction du journal en autobus, encore ! Pas moyen de trouver un collègue complaisant pour me ramener en voiture. Quelle bande de lâcheurs... Je parie qu’ils sont déjà tous en train de pondre leur copie, voire de bâcher pour rentrer chez eux. Peut-être même qu’ils sont en train de pioncer, une bonne soupe chaude dans le ventre...

 La première page

Prix : GRATUIT

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Daniel Fattore

Daniel Fattore est un auteur qui a décidé de publier sur Edition999 un ou plusieurs ebooks gratuits. Les livres "Grand homme" "La prière du curé de San Pantalon" "Article publié Sang froid" "Une authentique bêtise" sont pour l’instant les seuls ebooks gratuits publiés sur le site Edition999.info....

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Grand homme

Le Père Noël rendrait-il visite au petit Frédéric ? Tout avait commencé à la fin novembre, lorsque Giselle, sa Maman, lui avait annoncé que le soir de Noël, viendrait un grand homme. Elle lui avait aussi parlé de la Saint Nicolas, qu’on fêtait le six décembre. (...)

2007

Sang froid

J’ai failli perdre mon sang-froid, me raconta un jour mon vieil oncle Giovanni.

2006

6 discussions

  • 28 septembre 2007, par Olivier FISCHER

    Salut Daniel,

    Une petite histoire très sympathique, avec un petit goût de gourmandise, et qui mérite reflexion...

    Olivier FISCHER

  • 19 octobre 2006

    C’est bien écrit mais comment dire ? Je suis restée sur ma faim ; j’ai passé cependant passé un bon moment sous cet abribus mais peut-ëtre ai-je trouvé la fin trop facile...

    • ^ 25 janvier 2007, par Daniel Fattore

      ... c’est du vécu... simplement mutatis mutandis : j’étais à la place du narrateur, et je me suis retrouvé sous l’abribus avec un Zurichois qui avait gagné une fondue fribourgeoise "Made in Zurich" lors de la journée du marketing.

    • ^ 25 janvier 2007, par Daniel Fattore

      Merci pour votre critique !

  • 18 juillet 2006, par Bourgade Jean-Paul

    Très agréable, et bien drôle.

  • 8 juillet 2006, par Sharyann

    C’est bien mené et la chute est bonne, mais le chinois est beaucoup trop stéréotypé sans pourtant être drôle et je trouve que ça casse tout. C’aurait pu être tellement mieux !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Littérature

La fillette et l’ascète

Petite orpheline à la détermination de fer, Shali décide de suivre un ascète dans sa pratique quotidienne. Les nombreux obstacles rencontrés ne semblent pas la décourager. Quand elle découvre un vieil ascète qui lui paraît authentique, humble et bienveillant, (...)

La Birmane

Luc grand reporter, se rend en Birmanie pour écrire un article sur ce pays et sur les exactions qui y sont commises. Sue ; guide officiel mais aussi membre du UWSAP groupe révolutionnaire Shan doit l’aider dans cette (...)

Abus et exploitation...

Recueil de 13 témoignages sur des situations immorales, inhumaines, voire criminelles, d’abus et d’exploitation financière : Un fils avare dépouille sa mère de tout / Un père abuse de la bonté de ses filles / Un homme enjôlé par sa fille / Une haine transmise de (...)

Boulevard des rencontres

Le narrateur rencontre Aurélia à la sortie de Vintimille, tous deux venant d’Italie pour des raisons différentes. De Nice à Paris, elle lui tiendra compagnie, au cours d’une idylle décisive. Traqué par des mafiosi, ils emprunteront l’ancienne route Napoléon. Un (...)