Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Histoire courte > Les amours électriques

Les amours électriques

François Fly (Auteur)

Nombre de pages : 1

 Remercier François Fly

Les statistiques du livre


3 /5 sur 5 votants

1958 lectures

Evaluer le livre


 Lire votre livre en ligne gratuitement

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de François Fly

François Fly est un auteur qui a décidé de publier sur Edition999 un ou plusieurs ebooks gratuits. Les livres "RACINES" "Belle" "Le Bloody Vlady..." "Souvenirs d’homme" "Les amours électriques" sont pour l’instant les seuls ebooks gratuits publiés sur le site Edition999.info. La littérature partagée est son objectif. François Fly fait partager un moment de son univers et de son intimité à travers les lignes de son manuscrit. Elle veut faire entrer chaque lecteur, chaque internaute qui la lira dans (...)

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

RACINES

La vie reprend difficilement ses droits sur notre planète. Peut-être même ma race va-t-elle s’éteindre. Après le passage de l’Homme, seule une petite dizaine d’entre nous a survécu au massacre et nous pleurons nos morts dont les restes aux grotesques formes (...)

2006

Belle

Chaque jour je me repais... Je me repais de son odeur qui évoque un mélange subtil de fragrances printanières... Je me repais des caresses de sa peau, douce et chaude comme un soleil d’été... Je me repais du cristal de sa voix, pure et rafraîchissante comme un (...)

2006

Le Bloody Vlady...

Ingrédients et ustensiles : 4 cl de vodka des Carpates 15 cl de sang de jeune Suédoise vierge et blonde 1 cuiller à café de jus de citron 1 cuiller à café vide 2 traits de Tabasco (Caraï) 1 fiole de 15 cl vide 2 traits de sauce Worcesterch... Worcesh... (...)

2006

Souvenirs d’homme

Mon premier véritable souvenir d’homme, c’est une veillée autour d’un feu de camp, un de ces soirs d’été où la lune luit d’un éclat fantomatique. Je revois ma mère absorbée par son ouvrage de couture, mais dont le sourire satisfait trahit qu’elle ne perd pas un mot de (...)

2006

6 discussions

  • 14 août 2016, par yool

    "de la poésie" il ne faut pas exagérer non plus !!
    Il y a une idée, certes. Mais la forme est à revoir.
    Beaucoup de phrases passives, d’incohérences (robot acheté ou loué ?), comment le narrateur peut-il raconter l’histoire puisqu’il est détruit à la fin, etc.

    Bref, une idée mais pas une histoire.

  • 7 avril 2006, par Toni

    C’est beau et triste à la fois mais surtout philosique. Voilà pourquoi les robots ne doivent pas avoir de conscience propre, cela risquerait de faire une autre victime de la bêtise humaine.
    Merci

    • ^ 29 mars 2007, par François

      Un grand merci à tous et surtout aux concepteurs du site pour trouver à chaque fois l’image qui "colle" à la nouvelle

  • 24 mars 2006

    De la poésie de Science-Fiction...

    • ^ 29 mars 2006

      Merci, et félicitations à Stephen pour la qualité de l’illustration graphique spécifique à chaque nouvelle

  • 24 mars 2006

    Belle histoire...
    Elle m’a fait songer à A-I de Steven Spielberg... les robots de l’amour... C’est très bien écrit et ne me lasse pas de la lire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Histoire courte

Mes anges gardiens

Quand j’étais encore jeune et que ça n’allait pas à cause de mes problèmes de santé et aussi la méchanceté gratuite dont j’ai toujours été victime je priais pour que mes deux arrières-grands-pères qui sont morts pour la France en 1915 ainsi que tous ceux qui sont (...)

Ils ont gagné le Tour de France avant de mourir pour la France.

Tu t’appelais François Faber tu as gagné le tour de France en 1909 mais un jour en allant à notre dame de lorette dans le Pas-de-Calais j’ai appris ta véritable histoire car en lisant un livre de cyclisme j’avais vu ton nom dans les vainqueurs du Tour de France (...)

La culotte

Toujours à repousser, jusqu’au jour où il n’y eut plus de culottes.

Pour Fabio Casartelli

Tu t’appelais Fabio Casartelli, Tu as été champion Olympique, Tu t’appelais Fabio Casartelli, Tu aimais tant le tour de France, Mais tu es mort en course, Je sais que le Tour de France, Ne t’as jamais (...)