Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Histoire courte > Marée Basse

Marée Basse

Sylvie de Monte (Auteur)

Nombre de pages : 2

 Remercier Sylvie de Monte

Les statistiques du livre


4.67 /5 sur 12 votants

695 lectures

Evaluer le livre


 Lire votre livre en ligne gratuitement

Depuis combien de temps était-elle sur la plage ?
On était au mois d’août et la saison battait son plein.
Les chichis se vendaient bien et le vent avait une odeur d’iode et de bergamote.
Parfois un ballon finissait sa course auprès d’elle, et une giclée de sable venait lui couvrir les épaules, glissait sur sa peau avec un bruit de soie froissée.
Un chien l’avait flairée, puis il était reparti, la tête basse.
Elle, elle n’avait pas bougé.
Les cerfs-volants flottaient dans l’air.
Les drapeaux, verts, orange ou rouges, se succédaient sur les mâts.
Les vagues affluaient et refluaient.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Sylvie de Monte

Après quelques publications de nouvelles, je tente le roman. Sans prétention.

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Une chaise au soleil

Elle ne savait pas qui, un jour, l’avait abandonnée dans ce galetas qui sentait la vieille poussière froide. Parfois un rai de lumière arrivait de nulle part.

2022

Bon Vent

La mer de nuages moutonnait, grasse et lumineuse sur son balcon, qu’il souhaitait déjà être capable de transformer en ponton sculpté de chimères, aux courbes généreuses, affétée juste ce qu’il fallait pour y lover la Nef fabuleuse qui y serait (...)

2022

Soleil d’Or

Le texte dans sa matière brute, qui appelle la musique à son secours pour prendre chair... Chaque voix et chaque texte ont leur musique intime, certes ... Le mot chante toujours. Mais parfois il a besoin d’un autre support pour mieux (...)

2022

Grotte Marine

Il ne faut pas laisser le rêve prendre le pas sur la réalité...

2021

5 discussions

  • 15 février 2021, par jmh

    Sylvie de Monte, dans cette courte histoire est comme un archer japonnais...elle observe, se concentre, ne fait qu’un avec son objectif et tire sa flèche. Elle atteint sa cible en plein centre. Eloignement physique et fusion de la pensée.

  • 20 novembre 2018, par Raphaël Coleman

    Cette nouvelle est dramatiquement magnifique, dans un style très épuré.

    L’histoire est tragiquement humaine mais les personnages y semblent si fantomatiques. Peut-être était-elle partie, déjà, dans son esprit. Peut-être n’avait-il pas osé la déranger et s’en veut-il désormais. Ce n’était pas de l’indifférence et elle ne le savait pas...

    Et si c’était ça, la vraie Littérature, cette belle sobriété au service d’une émotion qui subsiste sur le sable à marée basse, juste après.

    Merci pour ce récit.

    Raphaël Coleman

    • ^ 22 novembre 2018, par sylvie de Monte

      Merci à Raphaël Pour sa belle appréciation. Elle me va droit au cœur. Sylvie de Monte.

  • 18 septembre 2018, par Kam

    C’est drôle ce que l’auteure a pu décrire et dire en si peu de mots.
    Bravo

    • ^ 24 septembre 2018, par de Monte Sylvie

      Merci Kam pour votre gentille appréciation. :-))

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Histoire courte

Mes anges gardiens

Quand j’étais encore jeune et que ça n’allait pas à cause de mes problèmes de santé et aussi la méchanceté gratuite dont j’ai toujours été victime je priais pour que mes deux arrières-grands-pères qui sont morts pour la France en 1915 ainsi que tous ceux qui sont (...)

Ils ont gagné le Tour de France avant de mourir pour la France.

Tu t’appelais François Faber tu as gagné le tour de France en 1909 mais un jour en allant à notre dame de lorette dans le Pas-de-Calais j’ai appris ta véritable histoire car en lisant un livre de cyclisme j’avais vu ton nom dans les vainqueurs du Tour de France (...)

La culotte

Toujours à repousser, jusqu’au jour où il n’y eut plus de culottes.

Pour Fabio Casartelli

Tu t’appelais Fabio Casartelli, Tu as été champion Olympique, Tu t’appelais Fabio Casartelli, Tu aimais tant le tour de France, Mais tu es mort en course, Je sais que le Tour de France, Ne t’as jamais (...)