Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Fantastique > Argent diabolique !

Argent diabolique !

Saliou Kamara (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 6

Les statistiques du livre


665 Lectures
0 Lectures / 31 jours


2.5 /5 sur 2 votants

843 visites

Evaluer le livre


Thème : Fantastique

Version publiée le 3 mai 2007

 La quatrième de couverture

Il était allongé par terre. Il resta dans cette position plus de deux heures de temps avant d’ouvrir un œil puis un autre. L’homme releva la tête. Il se trouvait dans un endroit caverneux, sépulcral et dépaysé. L’atmosphère était macabre. Il fut envahit d’un sentiment de peur. Il se demanda s’il n’était pas dans un cauchemar interminable. Il se leva et se fraya un chemin dans le noir.

 La première page

Il vit de loin une lumière et l’espoir lui revint. Il s’avança d’une trentaine de mètres. Il y avait trois personnes autour d’un feu de bois. En entendant des bruits de pas, ils se retournèrent simultanément et braquèrent leur regard plein de soupçon sur l’homme planté devant eux. Il les regarda pendant quelques secondes et les souvenirs se réveillèrent et affluèrent comme une tempête. Il se rappela tout ce qui c’était passé dans sa vie et il comprit en même temps l’endroit où il se trouvait…

 Pour aller plus loin

( A venir prochainement )

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Saliou Kamara

Auteur sénégalais agé de 21 ans, étudiant en géographie. Etudiant à l’UGB de Saint-Louis

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Une nuit

21 heures 30mn. Le crépuscule avait laissé progressivement place à la nuit. Dehors, les étoiles brillaient de mille feu ; il faisait tellement beau et l’air débordé d’un calme étrange. Le vent soufflait en brèves rafales qui rafraîchissaient l’air par ce jour (...)

2006

Dialogue avec l’invisible

Nous sommes dans un cimetière. Une personne entre par la grande porte et se dirige vers une tombe. Il s’agenouille devant la tombe et y dépose un bouquet de fleurs. La personne est triste, au bord des larmes. Après quelques secondes de recueillement, il (...)

2008

Liés à jamais

Le jour où ils emménagèrent, le couple Fall trouva la maison terriblement sale et désolante. Ils se mirent à la tâche de nettoyer leur nouvelle maison de fond en comble. Ce travail leur prit trois heures de temps et ils n’arrangèrent leurs bagages que vers (...)

2006

La mystérieuse ou l’amour impossible

L’histoire que je m’en vais vous raconter vous semblera, sans nul doute, invraisemblable et pourtant elle m’est arrivée, à moi, Moussa Kane, âgé de 25 ans. Il y a presque un an, j’ai terminé ma formation dans un institut privé de Dakar. Deux mois après l’obtention (...)

2006

1 discussion

  • 25 novembre 2008, par Jean-Michel

    Que j’aime lire les histoires de Saliou qui apporte une touche différente. Celle-ci est toujours aussi bonne. Je vous conseille de cliquer sur l’auteur et de lire les autres au plus vite.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Fantastique

Les Chroniques de Serena : La duelliste sans couleur

À Ashbane et Dunval, lycée au prestige émérite, quatre étudiants aussi différents qu’attachants vont se retrouver malgré eux, mêler aux problèmes d’Aune, un autre monde aux horizons sombres et magiques sur fond d’amitiés et de (...)

Délire ou le récit d’une femme éperdue

C’est une nouvelle qui se présente en deux récits. Les personnages sont deux femmes qui se rencontrent dans un train. Elles parlent de leur expérience amoureuse respective, douloureuse... L’une confie à l’autre son histoire, intacte, qu’elle (...)

Recueil de Nouvelles et Contes du Moyen Atlas

Comme dans toute expérience d’écriture, la nouvelle, comme genre littéraire, est sans aucune autre prétention. L’acte d’écrire, de relater des histoires est avant tout un besoin personnel. Celui de s’exprimer et d’en partager le plaisir, les idées, les sensations (...)

Rencontre avec le King

Quand la poignée d’ouverture de son parachute se bloqua, Didier poussa un petit cri de chaton et se mit à mouiller son pantalon en acrylique - cinq $ de caution ! fumiers de ricains ! - tout en fixant le sol se rapprochant à plus de 300 km/h. Autant dire que (...)